Venir à bout des poux

Vous allez me dire, il y a plus glamour comme sujet… Certes… Mais voilà, il y a quelques semaines, l’invasion a eu lieu chez nous et nous avons mis beaucoup de temps à nous en débarrasser. Ayant trouvé THE solution pour exterminer définitivement ces vilaines bêtes de la tête des enfants, j’avais envie de vous la faire partager.

Des traitements  et astuces de grand-mères pas très efficaces…

Lorsque les poux sont entrés chez nous, c’était une première. Ni monsieur, ni moi n’en avions eu enfants, et aucune de nos petite têtes blondes n’avaient jamais été colonisée. Vous imaginez donc bien la panique (et le dégoût parce que franchement c’est vraiment beurk d’imaginer ces insectes courant dans les beaux cheveux de mes petits).

Mon premier réflexe ? appeler les copines ! Chacune a son astuce : shampooing anti-poux, peigne, lavande, huile, vinaigre blanc, lavage du linge à haute température, vêtements et peluches dans des sacs poubelle,  brosses au congélateur, et j’en passe !  Quuuuuoooooiiiiiii ? Faut que je mette les enfants dans le congélo après les avoir fait bouillir dans du vinaigre ? Je plaisante mais certaines solutions me semblaient bien radicales 😉  Ce qui était sûr, c’est que toutes se rejoignaient sur un point : c’est la galère pour s’en débarrasser ! Mais j’étais bien décidée à exterminer ces vilains invités surprise.

Direction la pharmacie, pour acheter un traitement (non chimique car il était hors de question de mettre des produits chimiques sur le crâne de mes bébés) et prendre les conseils de la pharmacienne. Ni une ni deux, je traite les enfants, scrute le cuir chevelu mèche par mèche, et suis prise de nausées à la vue de ces minuscules bestioles gigotant entre les dents de mon peigne. Et cela pendant 15 jours, de manière minutieuse et quotidienne…. S’en suivent, lessives, pschitt « spécial anti-poux », brosses au congélateur, peluches en quarantaine dans des sacs poubelle, etc.. Sans succès… les poux avaient gagné la bataille, malgré toutes mes précautions. Ma fierté de maman en avait pris un sacré coup ! Moi, la maman warrior, je n’arrivais pas à me débarrasser de ces minuscules parasites ? Hors de question ! La guerre ne faisait que commencer et je comptais bien en sortir glorieuse !

Le centre Kids Poux, THE solution !

C’est au bout d’une énième plainte de ma part au bureau que ma boss et amie me parla d’une sorte de centre spécialisé qui « aspire les poux » et te garantissent 100% de réussite. Ni une ni deux, je prends rendez-vous pour le samedi suivant au centre de Lyon. Le principe de ce centre est simple : ici on ne tue pas les poux ni les lentes, on les retire : aucune action chimique, seulement mécanique.

Le centre a des allures de salon de coiffure pour enfants. Nous sommes accueillies par la gérante du centre, qui nous installe dans une salle d’attente, à l’ambiance cosy pour les parents et ludique pour les enfants.

« Un traitement en 4 étapes  »

C’est à nous. Les filles s’installent dans des fauteuils identiques à ceux d’un salon de coiffure. « L’exterminatrice » nous pose quelques questions sur notre invasion et  nous explique le programme. 1H30 c’est la durée de la première séance. Heureusement, tout est prévu pour patienter : des tablettes sont à la disposition des enfants. Voici le programme :

  1. 1. L’aspirateur à poux : la technicienne fait des « couettes » qu’elle va aspirer une par une avec l’aspirateur : les poux sont tout simplement aspirer. Une fois l’étape terminée, on nous montre notre « récolte » récupéré dans le réservoir.

2. Passage du peigne « micro canalisé » avec une lotion spéciale : c’est la phase la plus longue. La technicienne asperge la chevelure d’une lotion, à base de différentes huiles essentielles, qui a pour rôle à la fois de « shooter » le pou et les lentes pour qu’ils se décollent plus facilement, et hydrater les cheveux. Vous allez me dire, et le peigne « micro canalisé » c’est quoi  ? C’est un peigne à poux un peu plus sophistiqué que ceux qu’on peut habituellement trouver dans les boites de traitement anti-poux car ses dents crantées permettent d’attraper également les lentes.

3. Vérification mèche par mèche à la loupe : à califourchon sur un fauteuil un peu particulier, (entre la table de massage et le fauteuil du dentiste !), la technicienne vérifie mèche par mèche, qu’aucune lente ni pou n’ont été oubliés. Un chignon et hop, c’est fini ! Durant la durée du traitement, la technicienne nous aura expliqué toute l’histoire du pou et la façon de les éviter. Ici, on traite mais SURTOUT, on éduque en nous expliquant toutes les mesures préventives.

5 à 7 jours plus tard, une nouvelle séance de vérification de 30 minutes permettra de retirer les éventuelles lentes passées entre les mailles du filet (ou plutôt entre les dents du peigne) pour garantir la réussite du traitement à 100%.

Le bilan à J+30 après traitement

J’ai attendu 1 bon mois avant d’écrire cet article, histoire de vérifier l’efficacité du traitement  (bon, il faut bien être honnête, également parce que je n’ai plus eu trop de temps pour écrire ces dernières semaines). Et je dois dire que je suis convaincue ! Pas un pou, ni une lente à l’horizon, le contrat est rempli, la victoire bien là ! Alors certes, ce n’est pas donné, comptez entre 30 et 80 euros en fonction de la longueur des cheveux (perso j’en ai eu pour 160  euros pour les filles) hors produits (vous avez la possibilité d’acheter différents produits facultatifs). Mais si l’on compte tous les traitements achetés, et l’énergie passée à traiter cheveux et environnement, je trouve le prix assez cohérent. Le plus de ce centre ? La prévention, c’est ce que j’ai vraiment apprécié : le but n’est pas de vous faire revenir dans quelques mois, mais de vous expliquer les bons gestes à adopter pour éviter l’invasion.

Infos et idées reçues sur le pou

  • Le cycle de vie du pou peut être résumé en trois étapes : la lente (l’œuf du pou) qui éclôt environ une semaine après s’être fixée au cheveu. Elle deviendra un pou adulte en 2 semaines. Enfin le pou adulte donnera naissance à de nouvelles lentes.
  • Une femelle peut pondre jusqu’à 10 œufs par jour et vivre jusqu’à 50 jours.
  • Les lentes « blanches » sont vides et inoffensives. méfiez-vous de celles de couleur marron, difficile à détecter à l’oeil nu.
  • L’hygiène n’a rien à voir avec le pou , d’ailleurs il aime les cheveux propres.
  • Le pou peut survivre 48 heures dans l’eau  ! autant vous dire que les piscines municipales et même privées peuvent être rapidement infestées.
  • Par contre il ne résiste pas 48 heures sans se nourrir et ne résiste pas non plus au froid !
  • Le pou fait « caca » : il teinte le cuir chevelu en jaune et dégage une odeur qui attire les copains.
  • Le pou résiste à la grande majorité des traitements : la seule vraie solution est mécanique ! Un bon peigne et une bonne technique, c’est tout ce qu’il vous faut pour en venir à bout.
  • Les huiles essentielles et les démêlants « étourdissent » le pou et permettent de les décrocher plus facilement.
  • La lavande est un vrai répulsif.

Quelques mesures de prévention efficaces

  • Attacher les cheveux en cas d’invasion (pas de queue de cheval, uniquement des tresses et des chignons)
  • Utiliser la lavande comme répulsif
  • En cas d’invasion autour de vous, passez le peigne à poux (uniquement sur cheveux mouillés!) tous les 2-3 jours pour vérifier.
  • Attention aux brosses, bonnets, capuches, etc…. On ne les échange pas avec les copains.

Et si malgré toutes ces précautions  l’invasion a lieu ?

  • On passe le peigne à poux  (micro-canalisé si possible) tous les deux jours, toujours sur cheveux mouillés et démêlés, pour éliminer poux et lentes. la première fois on peut le faire mèche par mèche. Puis les fois suivantes on sépare la tête en 4 et on peigne « dans la masse », sur toutes les faces du cheveu. C’est le seul moyen de les éliminer définitivement.
  • On frotte le cuir chevelu pour éliminer les excréments qui pourraient attirer une nouvelle colonie.
  • On attache les cheveux, et on asperge tous les matins de répulsif
  • On isole les vêtements infestées 48 heures, et on lave les draps.
  • On nettoie les brosses à cheveux, chouchous et barrettes et direction le congélateur pour la nuit.

Et si c’est trop compliqué pour vous, faites comme moi, allez chez Kid’s poux, ils en viendront à bout ! 

Plus d’infos sur le centre par ici !

Et vous  ? Avez-vous déjà fait face à l’envahisseur de chevelure ? Quelles sont vos astuces ?

Nouveau job, nouveau casse-tête de l’emploi du temps familial !

gestion-du-temps

J’ai un nouveau job ! en voilà une super nouvelle pour démarrer ce début d’année ! Un poste intéressant,  à cinq minutes de chez moi, à temps partiel pour continuer à profiter de ma tribu, au sein d’une équipe dynamique et chaleureuse, bref… le rêve !

L’abolition de certains des privilèges de la tribu

Toutefois, (parce qu’il faut le dire quand tu es parent, il y a toujours un « toutefois », un « mais », ou encore un « pourtant »),  qui dit nouveau job, dit nouveaux horaires fixes, et nouvel emploi du temps. Depuis la rentrée, je travaillais de la maison et avais donc des horaires plutôt flexibles me permettant de jongler entre les différents emplois du temps et obligations de la tribu : les écoles, nounou,  activités extrascolaires, rendez-vous médicaux, réunions à l’école, etc…  Et ça arrangeait toute la famille  : « Maman, j’ai un prof absent, tu m’emmèneras à 10h, comme ça je pourrais dormir plus longtemps », « ma chérie, tu pourras emmener les enfants demain matin,  mon train pour Paris est à 7h », « maman, il faut un parent pour accompagner à la piscine, personne ne s’est inscrit » ou encore « maman j’ai oublié de te dire mais demain il faut faire un gâteau pour l’école ». Sans parler des rendez-vous de dernière minute chez le médecin parce que Mister 3 a eu de la fièvre toute la nuit,  les courses de dernière minute et autres petits impératifs du quotidien….

J’étais  » Super Maman flexibilité », celle qui pouvait gérer les changements de programme de dernière minute.

Mais tout cela allait changer, et il allait falloir s’adapter… enfin surtout le reste de la tribu, qui allait devoir s’abroger de certains de leurs privilèges.

Réorganiser les emplois du temps en trois semaines

Trois semaines, c’est le temps que j’ai eu pour trouver une nouvelle organisation. Et c’est là que je parle (encore une fois je le concède) de l’un de mes sujets de prédilection : la charge mentale… Des nuits à réfléchir, à broger, tentant de trouver une solution pour que les enfants, aux emplois du temps tous différents, ne soient pas à la rue en sortant de l’école, qu’ils puissent continuer leurs activités extra-scolaires, que le frigo continue à être rempli, le linge lavé, et la maison à peu près en ordre.

La priorité absolue : les Enfants

Pour moi hors de question de trop bouleverser leurs emplois du temps. Depuis la rentrée, ils ont trouvé leur rythme et je n’avais aucune envie de trop les perturber. Je ne Pour Mister 3, je n’ai pas eu de difficulté : nous avons la chance d’avoir une formidable nounou qui a tout de suite accepté de s’adapter à mes nouvelles contraintes horaires. S’agissant des grandes, la tâche était moins facile. Pour Miss 2 en CE2, et Miss 1 en 6ème, toutes deux ayant des activités extra-scolaires en semaine, il a fallu trouver une solution différente pour chaque jour : mamie, périscolaire, amies, mamans de l’école, mamies des copines. Un vrai casse-tête chinois. Résultat des courses : chaque jour, une personne, des horaires et lieux différents pour les récupérer à la sortie de l’école. Pas le choix malheureusement mais je mesure tout de même la chance que nous avons de pouvoir compter sur les copines. J’appelle ça le « mum  power », ce pouvoir exceptionnel qu’ont les mamans à s’entraider.

Pour le reste, c’est le papa qu’il allait falloir solliciter un peu plus : rendez-vous, visites chez le médecin,  drive à aller récupérer, aide aux tâches ménagères le week-end, il allait devoir s’y mettre … En écrivant ces mots je ne vous cache pas qu’un petit sourire « ça lui fera les pieds » vient de s’afficher sur mon visage… La charge mentale enfin partagée !

L’organiseur familial, un outil magique !

Il ne restait plus qu’à trouver comment centraliser les informations de cette nouvelle organisation franchement complexe. Sans hésitation, j’ai opté pour l’organiseur familial. Calendrier grand format, cette invention est la bouée de sauvetage de tout parent débordé.  Voilà plusieurs années que j’ai choisi « Le Mémoniak » des éditions 365.com. Jusqu’à la semaine dernière, j’étais la seule à m’en servir vraiment, mais je pense qu’il va désormais être utile à toute la famille.

Pourquoi ce calendrier est-il magique ? D’abord parce que  l’on peut l’afficher n’importe où grâce à des aimants ; Ensuite parce que son format permet d’inscrire un maximum de choses sur une même journée ; et enfin pour son côté ludique, avec ses différentes gommettes « aide-mémoire » que les enfants adorent coller. On peut y inscrire tous les rendez-vous de chacun, les changements de programme, les invitations. Il est  idéal pour voir en coup d’œil le programme de la semaine. Chacun peut y inscrire ce qu’il veut, même un petit mot d’amour, grâce à sa partie effaçable ou encore la liste des courses grâce à son petit bloc notes.

img_2435.jpg

Le grand plus de cet organiseur, ce sont les pages « Emploi du temps des enfants ». Comme leur nom l’indique, il s’agit d’un emploi du temps à remplir par enfant, permettant en un coup d’œil de visualiser toutes les informations le concernant: horaires d’école, activités, qui les amène ou vient les chercher et où. On peut y coller différentes gommettes permettant aux plus petits de comprendre facilement le programme de la journée. Chaque soir, les enfants le consultent et peuvent ainsi connaître le déroulement de la journée du lendemain : une excellente façon de les rassurer, de leur apprendre à anticiper et à s’organiser (prévoir son sac de sport par exemple). Et cela permet également aux parents de ne rien oublier !

En complément, Monsieur et moi avons opté cette année pour un calendrier partagé sur nos téléphones, reprenant les infos de l’organiseur familial pour avoir les infos toujours à portée de main. Comme ça plus d’oubli ! dès que l’un de nous prend un rendez-vous ou modifie l’emploi du temps, l’autre reçoit une notification.

Il ne nous reste plus qu’à tester sur plusieurs semaines pour voir ce que ça donne !

Et vous alors ? Comment réussissez-vous à vous organiser ? Avez-vous des astuces ? Un système d’entraide s’est -il organisé entre parents de l’école ?