bree
Il arrive sans prévenir le burn out parental.
Au départ, tu te dis c’est la fatigue, je suis crevée c’est tout,… Gérer les trois enfants, le travail, la maison, c’est pas facile. Ca va passer, c’est juste une question d’organisation. Il y a cette espèce de pression que tu te mets en continu pour assurer sur tous les fronts : de beaux enfants, obéissants, studieux, polis, une maison toujours nickel, des bons petits plats équilibrés, l’investissement dans le travail, de bonnes relations sociales,… L’envie d’être la mère parfaite qui gère !
C’est gratifiant d’être une super maman… Quand tu finis une journée en ayant réussi à faire tout ce que tu avais prévu, tu te sens un peu comme un super Héros ! Wonder Mum ! Et puis tu n’as pas vraiment le choix… Il faut être à la hauteur de toutes ces mamans parfaites que tu peux voir un peu partout dans les médias, sur les réseaux, etc… Toujours pomponnées et perchées sur leurs talons, elles cuisinent bio, ont des enfants tirés à 4 épingles, une maison bien tenue, réussissent leur vie professionnelle, font des gâteaux pour l’école, trouvent le temps d’aller faire du sport et de passer du temps avec leur conjoint en tête à tête…
Alors tu t’actives, planifies, rédiges des « to do list »…. On appelle ça la charge mentale… Et là, et bien tu commences à prioriser parce que, à moins d’avoir des journées de 30 heures, tu n’y arrives plus. Alors tu fais l’impasse sur ton sport, la sortie shopping que tu t’étais prévue, ton rdv chez le coiffeur, la café avec les copines, pas grave, on verra plus tard. La « to do list » s’allonge peu à peu, la maison n’est plus parfaite, le linge s’entasse, les devoirs sont faits à la va-vite… Mince tu n’y arrives plus. Alors la culpabilité commence à prendre le dessus. C’est toi qui ne sais pas gérer, les autres y arrivent…
Et puis il y a le discours de ces autres mamans (sans méchanceté aucune) qui t’expliquent combien c’est facile pour elles, que son gosse à elle, il fait ses nuits depuis le retour de la maternité, que faire le ménage avec une écharpe de portage c’est « easy », que « cuisinier bio » en famille est si plaisant…  Bref, pourquoi chez moi ce n’est pas comme ça ? Pourquoi moi je n’y arrive pas ?
C’est là que le burn-out arrive… Épuisée de vouloir penser à tout, tout planifier, contrôler, tu perds pied, commence à être de plus en plus stressée. Tu cries sur les enfants, ton mari (qui ne semble pas être aussi débordé que toi), puis tu culpabilises encore un peu plus de l’image que tu leur renvoies… pas envie de paraître dépassée ou fragile, ce n’est pas l’exemple que tu veux donner à tes enfants ! Et là c’est la perte de l’estime de soi… C’est le cercle vicieux.
Alors comment faire ? Mais prends du temps pour toi ! C’est ce qu’ils disent tous ! Ce n’est malheureusement ce n’est pas si évident…
Quelles sont les solutions ? D’abord lâcher prise : accepter de ne pas être une mère parfaite… Parce qu’elle n’existe pas… et assumer de ne pas l’être, finalement le plus difficile… Et enfin arrêter d’écouter ces mères « épanouies », qui j’en suis certaine ne le sont pas plus que moi. Bree Van De Camp, sous ses airs de mère modèle, n’est pas loin d’être une psychopathe
Et vous ? Avez-vous eu un burn-out ? ou avez-vous réussi à y échapper ?
Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s