Il faut tout d’abord dire que Mister Three n’était pas prévu au programme… Non pas qu’il n’était pas désiré, loin de là, mais disons qu’on ne l’attendait plus. L’idée d’avoir un troisième enfant n’a pas été aussi naturelle que pour les deux premiers. Monsieur lui, issu d’une fratrie de 3 enfants, s’était toujours imaginé avec 3 enfants. Pour moi, fille unique, ce n’était pas le cas. Même si, après l’arrivée de Miss Two, je n’arrivais pas vraiment à accepter l’idée de ne plus jamais être enceinte, ni pouponner, notre vie à 4 me convenait bien. Une fois les filles ayant atteint l’âge d’entrer à l’école, nous avions trouvé un bon équilibre entre vie de parents, vie de couple, vie professionnelle et vie sociale.

L’annonce

Et puis, pour diverses raisons, l’envie de pouponner m’a rattrapée. Et là, rien à faire, impossible… numéro 3 ne voulait pas arriver. Ce n’est que 2 ans plus tard, alors que nous nous étions résignés, que les premiers symptômes sont apparus… Oh surprise ! C’est entre rires et larmes, toutes émotions confondues, que le fameux bâtonnet bleu nous a annoncé la positive nouvelle !

Ok, un troisième c’était inespéré mais on s’était fait à l’idée… Les filles étaient grandes maintenant, 10 et 7 ans, nous étions plus près de la quarantaine que de la trentaine désormais, et nous nous étions installés dans cette vie confortable à quatre. Tout allait être chamboulé, il allait falloir se remettre dans les couches, les biberons toutes les trois heures, les nuits blanches…. Mais quel bonheur aussi de pouvoir revivre une dernière fois les joies de la grossesse, de la première rencontre, et des toutes ces premières fois, qui plus est avec nos grandes filles.

Autour de nous, les avis sur la question étaient mitigés : il y avait ceux pour qui le troisième « s’élève tout seul », et ceux qui, avec un air abattu voire désespéré, nous annonçaient que notre vie ne serait plus jamais simple !

L’arrivée

Le 4 juin dernier, Mister 3 a débarqué dans nos vies, et toutes nos angoisses ont disparu… Jamais je n’avais lu autant d’amour dans les yeux de Miss 1 & 2… Quel bonheur !  La famille était enfin complète ! Il ne restait plus qu’à trouver le bon équilibre, pour que chacun trouve sa place au sein de cette grande famille. 10 mois après, nous tâtonnons encore un peu je l’avoue…

Bilan

Alors ce troisième tardif,  facile ou pas facile ?   Voici un petit bilan (honnête et décalé) des petits inconvénients et grands bonheurs que nous a apporté ce petit troisième :

Commençons par les petits inconvénients :

  • Tu dois à nouveau passer des nuits blanches ! Et tu n’as plus le même âge, alors tu as plus de mal à récupérer.
  • Tu redécouvres certaines petites choses que tu avais fini par oublier : les coliques, les régurgitations, le nez à nettoyer au sérum, les cacas qui débordent de la couche, les crises de pleurs en voiture,…
  • Tu passes à nouveau plus de temps chez ton pédiatre que chez ton coiffeur et ton esthéticienne…  Et bien entendu tu retrouves ce look « queue de cheval et vêtements confortables » que tu avais enfin réussis à remplacer par des tenues tendance.
  • Tu es sans arrêt débordée : tâches ménagères qui n’en finissent plus, taxi toute la journée (école, nounou, activités, médecins, …). Tu passes ton temps à faire des « to do list » qui s’allongent de jour en jour… Charge mentale à son maximum ! Chaque déplacement se fait coffre plein à craquer, te décourageant parfois de sortir…
  • Tu seras l’une des mamans doyennes de l’école maternelle : les mamans des autres enfants elles en seront à leur premier ou deuxième et n’excèderont pas, pour la majorité, les 30 ans…
  • Tu auras Presque 60 ans pour ses 20 ans… Faut-il en dire plus ?

Heureusement, ces petits inconvénients sont compensés par de vrais grands bonheurs :

  • Tu pouponnes à nouveau et ça c’est top : câlins, sourires, regards amoureux ! Qu’est-ce que ça m’avait manquée.
  •  La relation entre les grands et le bébé est magique : maternage, complicité, protection, fierté, et amour inconditionnel. Pour moi, c’est vraiment ce qu’il a de plus beau dans cette nouvelle aventure. Et petit bonus, les grands sont d’une aide vraiment précieuse à la maison pour surveiller bébé le temps d’une douche ou d’une préparation de repas.
  • Tu assistes à nouveau à toutes ses premières fois : premier sourire, premier rires aux éclats, premier mot, premiers pas…
  • Tu as toujours une copine  « en manque de pouponnage » qui voudra prendre le petit dans ses bras, te permettant de siroter tranquillement ton mojito. Tu sais ces mamans, moins téméraires que toi (ou plus sensées), qui se sont contentées de  deux enfants.
  • La carte « Famille nombreuse » et il faut tout de même le souligner la part supplémentaire sur ta déclaration d’impôt ! Psychologiquement ça fait du bien mais si, en faisant les comptes, ce troisième te coûte un bras 😉
  • Tu vas rester jeune plus longtemps : un ado à la maison quand tu as la cinquantaine, ça aide à rester connecté  !

10 mois que Mister Three est entré dans nos vies, et même si notre vie de famille est devenue plus compliquée, elle est surtout devenue beaucoup plus riche en amour !

N’hésitez pas à me donner votre avis, expérience et conseils en commentaires.

Publicités

2 commentaires

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s